La perversion narcissique est un gouffre de toxicité sans fond. C’est une pathologie, qui, à l’image d’un esprit, infiltre l’âme toute entière d’une personne. Sa manipulation, son emprise et sa réalité déformée irradient alors tout autour du pervers narcissique. Même quand il n’est pas là : il est là, et les vestiges restent. Qu’en est-il en famille ?

La toxicité du pervers narcissique

Partir du postulat que le pervers narcissique est toxique est un fait voire une évidence.

Partir du postulat qu’une personne toxique l’est deux fois plus lorsque c’est un proche, est également un fait. Mais c’est un fait préoccupant dont il faut s’alarmer.

En effet, la toxicité, et notamment celle du pervers narcissique, se nourrit des relations et des sentiments, de la vulnérabilité et des failles. La famille semble donc être son terrain de jeu idéal ! Lien de filiation, sentiments, doutes, crises de la vie, remises en question. En famille, tout se dit et tout se vit.

Une famille pas comme les autres

Le pervers narcissique, un dictateur

Afin de comprendre le fonctionnement du pervers narcissique en famille, il est plus que nécessaire d’oublier un instant un schéma familial sain.

En effet, l’arrivée d’un pervers narcissique dans une famille est comme le big bang historique à l’origine de notre univers.

Le pervers narcissique est une bombe à retardement, sans qui rien n’existerait tel qu’il existe, et sans quoi rien ne serait à la place à laquelle tout se trouve.

Le manipulateur est comme un dictateur totalitaire à l’origine de la création d’une nation réprimée et enclavée. A l’image d’une secte, la famille qui compte parmi ses membres un pervers narcissique, pourrait être représentée comme un clan.

Un clan dont la hiérarchie familiale serait pyramidale. Les liens du sang et de génération sont rapidement remplacés par des liens autoritaires.

Une hiérarchie pyramidale unique

On retrouve en haut de la pyramide représentative de la famille : le pervers narcissique. Il prend la place de celui qui tire les ficelles, dirige, manipule, organise et régit. Il peut être un oncle, une grand-mère ou même un frère.

Puis, sous sa position, un “successeur” que le manipulateur aura désigné en tant que l’héritier de sa manipulation. Le choix de cette personne de la famille est parfois aléatoire, parfois mûrement réfléchi (le seul garçon, la plus jeune enfant, l’aîné).

Puis, sous ces deux positions principales, en troisième position, l’on retrouve parallèlement tous les autres membres de la famille. Ceux qui, bien souvent inconsciemment, sont soumis aux règles strictes du clan familial.

Enfin, en dehors de cette pyramide, on retrouve les “outsiders”. Bien que peu nombreux, ils sont ceux qui se sont extraits du clan ou qui en ont été évincés par le pervers narcissique. Parfois par rébellion, parfois par prise de conscience.

En réalité, la famille dans laquelle se trouve un pervers narcissique fonctionne comme une meute, comme un clan. Les hiérarchies sont précises et pré-définies. Chacun a sa place et y est astreint : il ne peut en sortir, au risque de se retrouver outsider.

Une famille condamnée ?

Une histoire d’horreur

La personne toxique a une bouche de miel et le cerveau d’un serpent à sonnette près à assaillir. – Mofaddel Abderrahim

La famille confrontée à la perversion narcissique est donc une famille dont le régime est lourd à tenir sur la durée.

De l’extérieur, tout paraît merveilleux. La famille du pervers narcissique semble soudée, comblée, unie. C’est presque la “famille parfaite”. Et pour cause : le pervers narcissique, très bon comédien, tient son rôle à merveille.

Sans lui, rien ne serait possible. Sans lui, la famille n’irait pas aussi loin. Enfin, sans lui, la famille ne serait pas si unie.

Le pervers narcissique est un manipulateur sans foi ni loi, pour qui les autres ne sont que des objets qu’il instrumentalise pour parvenir à ses fins. Il se place alors à la tête d’un clan, à l’image d’un fonctionnement sectaire. Les membres sont pris au piège, sous l’emprise d’un dictateur dans l’attente d’une vénération sans précédent…une histoire d’horreur moderne.

L’emprise familiale

Il est étonnant de constater que dans ces schémas familiaux où règne un pervers narcissique, puisqu’il s’agit bien d’un règne et non pas d’une dynamique familiale, que le silence est bruyant.

En effet, à l’image d’une secte, les membres de la famille sont pris au piège et assignés à résidence. Ils sont contraints d’agir et de s’exprimer de façon coordonnée et précise, selon les dires du pervers manipulateur.

Les règles sont les règles. Gare à celui qui osera les contredire ou les dépasser. Il verrait son intégrité remise en cause. En réalité, les membres de la famille du pervers narcissique sont sous sa coupe et ne peuvent en sortir, au risque de s’attirer les foudres du manipulateur.

Exemple : “Tu déménages ? On n’est pas assez bien pour toi ? Je ne veux plus en parler, tu fais ta vie de toute façon. ”

5 outils pour s’en sortir

A l’inverse d’une relation de couple ou amicale avec un pervers narcissique, il est extrêmement difficile de rompre avec un PN. Le risque est non seulement de se retrouver seul, mais de subir en supplément les brimades, même de loin, des membres sous emprise sous les ordres du pervers manipulateur toxique.

En effet, la famille est un lieu millénaire de développement et de filiation. Si dans la plupart des relations toxiques, il est préférable de débrancher et de remettre le compteur à zéro, c’est une démarche plus compliquée face à la famille, car la question de l’identité est alors remise en cause.

Comprendre et apprendre sur la perversion et les mécanismes familiaux

Comme dans toute situation anormale ou déséquilibrée, le plus important pour évoluer et sortir de l’emprise est de comprendre. Se renseigner, permet de comprendre les nombreux fonctionnements, les différentes causes, les interactions, les conflits en jeu.

C’est aussi un moyen de remettre à plat et en contexte les éléments, qui vous permettront de mettre à distance et de mettre en perspective la situation toxique dans laquelle vous êtes.

Les témoignages, les films, les livres et ebook autour du sujet de la perversion narcissique peuvent vous aider à comprendre les conflits en jeu et à vous extraire au moins le temps d’un instant d’une situation que vous subissez et qui vous détruit peu à peu.

Faire le deuil

Les raisins de la colère sont toujours amers et le vin qu’on en tire est toujours toxique. – Christian Castelli

Faire le deuil est important. Le deuil d’une famille idéale, parfaite, où les relations seraient sereines, authentiques et équilibrées. Il faut pour ainsi dire, faire le deuil de l’impossible. Les étapes du deuil, quelle qu’en soit sa nature, sont les suivantes : le déni, la colère, le marchandage, la dépression puis l’acceptation.

En effet, la famille est aliénée par cet élément toxique et le propre du pervers narcissique est d’être ainsi structurellement défini. En d’autres termes : il ne changera pas.

La famille sous emprise, elle, ne s’en rend souvent pas bien compte. Elle est prise au piège, formatée par le culte du pervers narcissique qui qu’il soit, et muselée par la peur de se faire sortir du cercle.

Être patient

Si la patience est une vertu, celle-ci peut être mise à rude épreuve dans le cadre d’une relation familiale et toxique à un pervers narcissique, si ce n’est un euphémisme.

En effet, vous n’avez aucun pouvoir d’action, ni sur le pervers narcissique, ni sur les chaînes de l’emprise qu’il a établi entre les liens de votre famille.

L’effet toxique de l’impatience c’est de ne plus vouloir. – Wesly Saintil

Le risque est de s’épuiser à attendre que les choses changent, que les choses bougent. Le pervers narcissique et son raisonnement systémique sont tels, qu’ils ne changeront pas, qu’ils n’évolueront pas tant l’emprise et les pouvoirs qu’il exerce depuis des années est forte.

Il maintient le lien, à l’image d’une drogue. Assez pour en ressentir les effets et être terrassé, mais assez peu pour conduire à la folie. Il maintient ainsi sur le fil du rasoir les autres membres de la famille, à sa merci et sous ses ordres toxiques et déséquilibrés.

Attention. Il est important de rappeler que la vie aux côtés d’un pervers narcissique est un travail du quotidien. Le pervers narcissique répand son poison, jour après jour, goutte après goutte. Aussi, se rendre compte du réseau de manipulation est souvent complexe car les agissements sont discrets, subtils, et que le jeu de comédie du pervers narcissique est maîtrisé au point de faire remettre les autres en question quant à leur propre existence.

Se reconstruire seul

S’il y a un autre point nécessaire à saisir, c’est que vous n’êtes pas votre famille. Vous êtes un membre à part entière d’une structure familiale.

Mais vous êtes-vous, un individu, appartenant en premier lieu à vous-même, et parallèlement à une multitude de cercles : un cercle amical, un cercle professionnel, un cercle culturel, et même national.

Pour atteindre la vérité, il faut une fois dans la vie se défaire de toutes les opinions qu’on a reçues, et reconstruire de nouveau tout le système de ses connaissances. – René Descartes

Aussi vous reconstruire est essentiel. Repérez les valeurs qui vous tiennent à cœur, celles qui se cachent dans les détails. Toujours tenir parole, être ponctuel, donner de son temps, être à l’écoute.

Les valeurs prônées par votre famille sont telles qu’elles sont. Définissez les vôtres, ce sont elles qui vous définissent vous. Vous n’êtes enclin à rien, obligé de rien, soumis à rien : vous seul décidez de la nouvelle tournure, avec recul et objectivité.

Se faire aider

Surmonter de telles épreuves est un combat. C’est une dure tâche, presque impossible à réaliser seul.

Ainsi, se faire aider par un professionnel expert en perversion narcissique est essentiel pour s’en sortir. Qu’il soit un membre de votre famille directe, ou que vous ayez un lien de parenté indirecte (belle famille, famille recomposée…) tentez au maximum de vous en éloigner émotionnellement.

Le pervers narcissique est un manipulateur de l’extrême, dont l’unique intention est de nuire. Coupez les ponts, reconstruisez-vous et faites appel à un thérapeute expert en perversion narcissique pour vous aider à reconstruire votre propre demeure.

A lire aussi : Comment protéger son enfant contre un parent manipulateur ?

À propos de l'auteur

Solenn Quénet

Experte en trouble de la personnalité narcissique, diplômée d'une formation Universitaire de Psychologie, Psychopathologie et Psychanalyse.