Toutes les victimes d’un pervers narcissique se sont un jour posé cette question : comment vieillit-il ? Mal. Le pervers manipulateur vieillit mal, et ne supporte pas ce processus de la vie. Vieillir signifie beaucoup pour cet individu hautement toxique, assoiffé de pouvoir, de contrôle et d’emprise. Voici comment le pervers narcissique vieillit.

Les peurs extrêmes du pervers narcissique

Le pervers narcissique, derrière son masque de fer, est terrifié à l’idée de vieillir. En effet, ce manipulateur professionnel et toxique aime une chose par-dessus tout : le contrôle. Or le temps qui passe n’est pas en son pouvoir. Il n’a pas la main dessus. Son physique évolue, se dégrade, sa position dans la société disparaît progressivement, tout comme le reste autour de lui. En réalité, le pervers narcissique est terrifié à l’idée de vieillir, en voici les raisons.

Peur de perdre la jeunesse

Vieillir ? C’est un concept qui effraie le pervers narcissique. Malgré l’ordre naturel des choses qui effraie la majorité des Hommes, vieillir pour le pervers narcissique a une connotation toute particulière.

En effet, le pervers narcissique cultive l’image qu’il a de lui, et celle que les autres ont de lui. Il est élégant, présente bien et s’entretient. Tout doit être parfait, il aime avoir le contrôle dessus et s’en assurer. C’est son narcissisme qui est en jeu. Cependant, lorsque quelque chose de cette image commence à se modifier comme son apparence ou son emploi, c’est la panique. Comment y faire face ?

Le pervers narcissique, pour compenser et se ré-estimer son narcissisme pathologique redouble de manipulation, d’emprise et de pouvoir sur autrui. Il attaque de plus belle, est de plus en plus égocentrique et de plus en plus susceptible. Vous ne le pensiez pas possible, mais il devient une version toujours plus perverse de lui même, conséquence de cette perte de la jeunesse, socialement attribuée au physique, à la réussite professionnelle, familiale ou encore sociale.

Peur de perdre leur pouvoir de séduction

Le vieillissement correspond à l’affaiblissement naturel des facultés physiques et psychiques, qui est dû aux cellules qui se dégradent par le processus biologique nommé la sénescence (processus de vieillissement biologique naturel, se traduisant par un arrêt irréversible du cycle cellulaire aboutissant à la mort). C’est donc un aspect sur lequel le pervers narcissique n’a aucun contrôle : la biologie.

Le pervers narcissique est un séducteur hors pair. C’est un de ses atouts phares d’approche et de conquête de ses victimes et de son entourage. Or vieillir, c’est perdre peu à peu cet atout majeur dans son schéma pervers et toxique. Vieillir, pour le pervers manipulateur, c’est voir sa séduction s’amoindrir et ses chances de séduire de nouvelles victimes au passage. C’est aussi voir ses chances de trouver de la “nourriture narcissique” (par le contrôle des autres, la manipulation, les mensonges..) partir en fumée. C’est pourtant vital pour lui, et il en est conscient : c’est ce qui le terrifie.

Peur de la mort

Si la mort effraie certains, elle effraye également les pervers narcissiques. En effet, la mort est un des points de passage de la vie par lequel tout à chacun passe. C’est un processus naturel appartenant à la vie.

Le pervers narcissique déteste tout ce qu’il ne peut contrôler. En ne pouvant contrôler la mort, il perd le contrôle. Cette idée de la mort est insupportable au pervers narcissique, elle est même parfois inimaginable.

La mort signifierait la fin de la toute puissance narcissique qu’il essaie pourtant d’alimenter depuis des années, par la mise en place de stratagèmes des plus déshumanisés. Il est important de se rappeler que le pervers narcissique a une intériorité bien spécifique où règnent le chaos et la destruction.

Vieillir ? C’est impensable

Le pervers narcissique vieillit mal. Il n’intègre ni la perte de contrôle, ni la possibilité de disparaître et de mourir et ainsi de perdre sa toute puissance narcissique. C’est un fait impensable qui le rend d’autant plus vicieux, aigri, sournois et pervers qu’il redouble d’efforts dans un élan de compensation. Lorsque le roi du monde est en danger, quelles en sont les conséquences ?

Le pervers narcissique est aigri

Le pervers narcissique vieillit mal, c’est un fait et vous l’aurez bien compris. En effet, en vieillissant il est effrayé. La peur de perte de contrôle, de séduction et de pouvoir l’affecte au plus au point. Il devient donc avec les années de plus en plus aigri. Il est rongé par l’angoisse du temps qui passe : son narcissisme est en danger.

Avec le temps qui passe, la haine et le mépris envers tout ce qui l’irritait habituellement (voir notre article : 34 choses que le pervers narcissique déteste) s’accentuent. Les personnes confiantes, riches intérieurement ou encore financièrement l’effraye. Il est dépendant de sa supériorité aux autres, et c’est une structure immuable. Or vieillir implique considérablement une perte de vitesse sociale ou encore physique, et c’est une idée insupportable au pervers manipulateur.

Le pervers narcissique n’a pas de regret

Le pervers narcissique est malade. C’est un individu pathologique dont le trouble de la personnalité est inchangeable. Même avec le temps et en vieillissant, le pervers narcissique ne changera pas. Il est structurellement incapable de se remettre en question, il n’a aucune intériorité. Alors que la sagesse est le fruit de l’expérience, le pervers narcissique est bloqué dans un carcan mental dont il ne peut sortir. Dans une immaturité émotionnelle et sans intériorité, il n’a aucune notion de regret ou de remords. Sa vie n’est qu’un tableau sur lequel il peint des couches de peintures sans jamais se retourner sur la première. Il ne cherche qu’à remplir le tableau et l’embellir toujours plus, au dépens des autres et de ses couleurs précédentes.

Il n’y a donc pas de place pour les remises en questions où les regrets de la jeunesse. La seule chose qui concerne le pervers narcissique : c’est lui.

Le pervers narcissique est redoutable

S’il y a bien une chose que le pervers narcissique acquiert avec l’âge, c’est l’expérience de la manipulation. Cette expérience toxique fait de lui un individu redoutable. En effet, en raison de l’immuabilité psychique par laquelle il se définit, son seul schéma mental reste le même à vie. Séduction, manipulation, destruction. Au fil du temps, le pervers narcissique aiguise ses atouts et ses techniques, devenant de plus en plus sournois, fourbe, menteur…et dangereux. Ses outils se multiplient et se perfectionnent : chantage, mensonge, moquerie.

Parallèlement, le pervers narcissique accumule une valise remplie de colère et de frustration, qui le rendent encore plus redoutable. Il gagne en assurance, déverse toujours plus sa haine et sa vengeance et est de plus en plus difficile à démasquer.

Tout devient toujours plus sournois et dissimulé, tantôt sous la carte de la personne âgée, tantôt sur la carte de la pauvre victime seule et sans défense.

Le pervers narcissique se fatigue

Comme pour tout individu normalement constitué, le pervers narcissique vieillit. En vieillissant, les Hommes se fatiguent, le corps est plus faible et l’esprit plus lent. Cette sénescence est naturelle et biologique, et rend les personnes prenant de l’âge plus fébriles chaque année.

La fatigue est donc inhérente au vieillissement. La fatigue physique d’abord, les mouvements sont plus lents, le sommeil plus court. Mais également la fatigue psychique, où grandissent les inquiétudes des moindres détails, et l’immense ressource psychique et cognitive que demandent une réflexion.

Le pervers narcissique lui, qui ment, affabule, met en place des stratégies délirantes de manipulation tout en veillant toujours à ne pas se faire démasquer, redouble d’effort. Ses jeux pervers ont un moteur, lui, qui s’épuise, et qui crache de plus en plus de fumée noire. Le pervers narcissique n’est pas immortel, c’est avant tout un être humain, atteint d’une pathologie grave. Malgré la toxicité de ces comportements qui ne se fatiguent pas, les capacités biologiques s’amenuisent, et le pervers narcissique en pâtit.

Epilogue

Côtoyer un pervers narcissique âgé est une épreuve tout aussi difficile. C’est peut-être même un crédit social de plus qui penche dans sa balance de la crédibilité face à sa victime.

Ils sont âgés et “sans défense”, et c’est à eux que revient tous les droits. Ils ont la sagesse et la maturité, ces deux notions qui impliquent le respect de la population. Les pervers narcissiques se jouent alors de cette image d’ancien sage pour culpabiliser, régner, séparer, contrôler et par-dessus tout détruire. Leur toute puissance narcissique et leur jouissance est tout ce qui leur importe : les autres ne sont que des pions sur leur plateau d’échecs.

Contacter un professionnel de la perversion narcissique permet de délier certains silences, certaines incompréhensions et une certaine culpabilité.

Ni votre conjoint, ni vos amis, ni vos parents, ni quiconque de votre entourage ou de l’extérieur n’a le droit de dicter votre vie. Votre vie vous appartient, et changer de filtre à la vision de son histoire permet bien souvent d’ouvrir les yeux sur une toute autre réalité. La thérapie en ligne est un moyen d’accéder à ce filtre, à ce soutien sans faille, pour penser les blessures du passé, du présent, et de mieux préparer le futur.

A lire aussi : Comment finissent les pervers narcissiques ?

À propos de l'auteur

Solenn Quénet

Experte en trouble de la personnalité narcissique, diplômée d'une formation Universitaire de Psychologie, Psychopathologie et Psychanalyse.