34 choses que déteste un manipulateur pervers

Solenn Quennet Home Sospn
Par Solenn Quénet
choses que déteste un manipulateur pervers

Le pervers narcissique est un manipulateur hors pair. Il contrôle sa vie et ses relations d’une main de maître, séduit et manipule, trompe et détruit son entourage.

Plusieurs facteurs lui sont cependant insupportables. Démystifier ce manipulateur et comprendre son fonctionnement pathologique, permet de mieux se défaire de son emprise. Voici donc 34 choses que déteste un manipulateur pervers narcissique.

1. La perte de contrôle

Le pervers narcissique est un fou du contrôle. Il vit par et pour cet ascendant total, car c’est ainsi qu’il tient les ficelles de l’emprise sur sa victime, qui n’est qu’une marionnette entre ses mains. Si sa victime comprend son jeu, se montre indépendante, il perd ainsi tout contrôle et toute emprise : sa nourriture narcissique est en danger, et il déteste ça.

2. Les limites

Dans le prolongement de ce besoin de contrôle, le pervers narcissique déteste les limites, qui causent chez lui une immense frustration. Par son absence d’empathie et son manque de compréhension, il les repousse toujours plus pour saper la confiance, l’estime de sa victime et la détruire. C’est le pervers narcissique qui mène la danse de la manipulation.

Test Pervers Narcissique Cta
Êtes vous sous l'emprise d'un Pervers Narcissique ?

Test rapide et gratuit

3. “Non”

Le pervers manipulateur déteste ce mot, “non”. En effet, le manipulateur a toujours raison et obtient ce qu’il veut. Il prétend détenir la connaissance, le pouvoir et l’ascendant. Lorsqu’on lui dit non, le manipulateur tente de renverser la situation (culpabilisation, mensonges..) aux dépens de son entourage. Il doit avoir raison et pouvoir tout obtenir. “Non” est ainsi synonyme d’une perte de contrôle, qu’il n’apprécie guère.

4. Qu’on ne se justifie pas

Le pervers narcissique déteste qu’on ne se justifie pas. Sans justification ou explication, il n’a pas matière à manipuler. Pas d’émotions ou de détails qu’il pourrait transformer et modifier en sa faveur. Pour obtenir ces éléments, le manipulateur n’hésite pas à culpabiliser, mentir et même menacer. C’est une de ses seules prises sur vous : les informations.

5. Les responsabilités

Le manipulateur les déteste et les fuit ! Égocentrique et immature émotionnellement (une maturité comparable à celle d’un enfant de 5 ans) il ne connaît pas les responsabilités et pense que tout lui est dû. Le pervers narcissique rejette donc toute responsabilité sur sa victime. Seuls ses besoins comptent, aux dépens des autres.

6. La solitude

Le pervers narcissique ne vit et ne survit que par sa relation aux autres. Car être seul signifierait pour le manipulateur qu’il est face à lui-même et que personne n’est là pour l’admirer, le complimenter, l’adorer. La victime remplit cette fonction d’anti-solitude et de nourriture narcissique pathologique : sous emprise, elle est dépendante de lui qui n’est alors jamais seul.

7. L’altruisme

L’altruisme est une notion inconnue pour le pervers manipulateur. Dénué de tout sentiment ou d’une quelconque humanité, tout ne tourne toujours qu’autour de lui. Égocentrique et égoïste, s’il arrive par hasard que le pervers narcissique soit altruiste, ce n’est que par manipulation. Cela débute la chaîne de la culpabilité, menant à la culpabilisation, la dépendance affective et à l’emprise.

8. L’intégrité

Le pervers narcissique n’est pas fiable. Sans morale ni valeur, il agit constamment de façon malhonnête. Il est rusé, et ne souhaite parvenir qu’à ses fins, en dépit d’autrui qu’il ne considère pas. L’intégrité est donc quelque chose qu’il déteste. On ne peut lui faire confiance, ce n’est pas une personne digne. Il n’hésitera d’ailleurs pas à mentir pour se couvrir, et sa mauvaise foi est effarante.

9. Les mensonges

Le pervers narcissique adore mentir. C’est un de ses outils favoris de manipulation. En revanche, il choisit ses victimes pour leur honnêteté et leur loyauté. Si sa victime lui ment ou détourne la vérité, s’en est fini pour elle : il se mettra dans une colère noire et n’hésitera pas à la faire culpabiliser d’avoir menti, et de la punir pour cette action.

10. La frustration

Le stade émotionnel d’un pervers narcissique est équivalent à celui d’un enfant de 5 ans. Sa gestion de la frustration est proche du seuil zéro. L’attente du repas, la faim, un train en retard, un feu rouge, une musique d’attente au téléphone. S’il est confronté à une telle situation, il peut soudainement virer de bord, se mettre dans une rage folle : il ne maîtrise rien. Il n’aime pas non plus la contrariété : il aime qu’on lui déroule le tapis rouge au quotidien, que ses désirs et ses caprices les plus fous soient satisfaits, sans quoi il explose.

11. La patience

Le pervers narcissique adore l’urgence. En raison de son instabilité émotionnelle, il vit dans l’instant, et sa vie est régie par ses pulsions psychiques. Il déteste attendre et aime prendre des décisions dans l’urgence. Le pervers manipulateur déteste par-dessus tout la patience chez sa victime qui pourrait se rendre compte de ses pièges et de ses coups tordus..

12. Tenir parole

Le pervers narcissique n’a ni morale, ni sens du respect ou de la parole. Dénué d’empathie, il est également sans état d’âme, et trahir ses promesses n’est pas un problème. Qu’importe ? C’est lui qui mène la danse et qui doit recevoir, l’autre n’est qu’un objet d’instrumentalisation et un faire valoir narcissique.

13. Un changement de rituel

Le pervers narcissique aime le contrôle. Il aime que tout soit à sa place, des personnes aux habitudes. Tout est réglé au millimètre près et il n’aime pas les imprévus sauf s’il les décident, bien sûr. Car c’est lui qui contrôle et qui mène la danse. Les rituels lui permettent de canaliser ses angoisses et sa frustration et de se créer un cocon rassurant.

14. Les conversations ouvertes

Le pervers narcissique aime être flou et semer le doute. Un position ferme lors d'une conversation ouverte est donc ce qu’il déteste. Il ne se positionne jamais et préfère les coups bas et les renversements de situation. Son absence de morale, de valeurs, de loyauté et de droiture le pousse à agir en lâche.

15. Prendre une position ferme

Le pervers narcissique aime par-dessus tout le flou et l’hésitation. C’est sur ce chaos qu’il danse et manipule. Les positions ferment sont claires, et impliquent le positionnement assuré. Tout ce qu’il déteste ! Sans cet espace de confusion où il peut agir, le pervers manipulateur n’a pas de place pour semer son poison.

16. Être confronté à la réalité

Le pervers manipulateur se déplace dans la vie comme une anguille dans un tissu de mensonges. Il prêche le faux pour obtenir le vrai, souffle le chaud et le froid pour rester mobile et expliquer certains de ses comportements extravagants. Le pervers narcissique ne fait pas de distinction entre ses pensées et la réalité. Les preuves de ses bavures sont donc extrêmement déstabilisantes et sèment la confusion chez lui qui déteste être mis devant le fait accompli. De profonde mauvaise foi, il niera en bloc, aux dépens de la victime sur qui il risque alors de s’acharner.

Test Pervers Narcissique Cta
Êtes vous sous l'emprise d'un Pervers Narcissique ?

Test rapide et gratuit

17. La gentillesse gratuite

Le pervers narcissique est un grand paranoïaque. Pour lui tout est calculé, de sa part comme de celle des autres. La gentillesse cache donc toujours une intention malveillante ou une tentative de manipulation. Il méprise cette qualité, qui n’a aucune valeur à ses yeux. En effet, il est dénué de tout sentiment et il mime parfois la gentillesse par pur intérêt, à des fins de manipulation. Car c’est également un grand hypocrite.

18. Donner à l’autre

Rien n’est gratuit pour le pervers narcissique. S’il donne c’est avec détachement, par intérêt et pour mieux manipuler et contrôler. Le pervers ne donne pas : il investit et crée une redevance.

19. Être facile à vivre

C’est presque la doctrine première du pervers narcissique, et c’est en tout cas une source immense de nourriture psychique : nuire. En réalité, le pervers narcissique est extrêmement difficile à vivre car rien n’est jamais bien. La contradiction est son terrain de jeu quotidien favori. Il dit, contredit, trouve toujours quelque chose à redire. Si vous êtes en accord avec ses propos, il changera d’avis dans l’unique but de nuire.

20. Les situations chargées en émotions

Le manipulateur les déteste. Il subit les situations chargées en affect, car elles sont pour lui source d’angoisse. Le pervers narcissique n’hésite alors pas à les détourner pour les saboter, même lors d’un enterrement ou d’un mariage. La frustration et l’indifférence ne sont pas son fort.

21. Ne pas être au centre de l’attention

Le pervers narcissique est une drama queen. Il aime la confusion, le conflit, les manipulations, et par-dessus tout être au centre de l’attention. Il veut être le centre du monde, et particulièrement de celui de ses victimes. Être là, même quand il n’est pas là. Qu’on le regarde et qu’on l’observe, qu’on le félicite, qu’on l'idolâtre. Le manipulateur pervers ne s’intéresse à personne d’autre que lui-même, et déteste que son entourage fasse de même : c’est une source de nourriture narcissique énorme et vitale.

22. Qu’on l’ignore

Le pervers narcissique masque son vide intérieur par un brouhaha extérieur féroce : attention, centre du monde, être le plus beau, le plus intelligent. Le manipulateur ne peut manipuler que si on s’intéresse à lui. En conséquence, l'ignorance est donc une terrifiante approche pour lui, qui n’a alors plus d’accroche pour sévir et manipuler : il perd le contrôle et l’ascendant, et n’a plus aucune emprise.

23. Les personnes fortes

Le pervers narcissique structurellement défini déteste les personnes fortes, stables et indépendantes. En effet, ces personnes refusent tout comportement déséquilibré, toxique ou encore un dépassement de leurs limites. Les personnes fortes sont par ailleurs moins susceptibles de tomber sous son emprise. Elles sont en réalité moins manipulables, moins contrôlables, et donc effraient les pervers narcissiques qui détestent la perte de contrôle.

24. La maîtrise émotionnelle

C’est quelque chose qu’il déteste : l’absence de réaction ou la maîtrise émotionnelle. Le pervers manipulateur adore les émotions. Il s’en nourrit, et s’en sert d’ingrédient pour manipuler, culpabiliser, semer le doute et le chaos dans l’esprit et la vie de sa victime. Sans émotion il n’a aucun pouvoir, et il déteste ça.

25. La confiance en soi

Quelqu’un qui n’a pas confiance en soi est plus facile à manipuler et à contrôler. C’est l’oasis pour le pervers narcissique. Une faille dans laquelle il puise sa source pour manipuler, détruire, et se valoriser. La confiance en soi de l’autre n’est donc pas sa tasse de thé.

26. L’autonomie de sa victime

Le pervers narcissique aime le contrôle. L’ascendant sur sa victime est un pouvoir toxique et ravageur. Si sa victime est autonome, il n’a que peu d’emprise sur elle. En revanche, si elle n’est plus autonome (financièrement car elle quitte son travail ou physiquement car elle vend sa maison) elle sera à sa merci. Isolée de son entourage, elle n’aura qu’une personne vers qui se tourner : le pervers narcissique. Elle est prisonnière, et c’est un moyen d’emprise décuplé de culpabilisation, de reproche.

27. L’indifférence

Le pervers narcissique se nourrit des émotions de ses victimes. La peur, la joie, les émotions positives comme négatives et réactions de toute nature. C’est grâce aux émotions qu’il manipule, culpabilise, détruit. L’indifférence est donc quelque chose qu’il déteste par-dessus tout ! Sans grain à moudre, le pervers narcissique n’a aucune emprise, aucun outil. Il est nu, et perd tout contrôle.

28. L’absence d’excuse

Le pervers narcissique a toujours raison. Il n’a de plus aucun sens de la notion de responsabilité et rejette par conséquent constamment la faute sur les autres. Ce n’est pas tout : lorsque le pervers narcissique inverse les rôles et rejette la faute sur sa victime, il s’attend à des excuses. Par humiliation, rejet et dénigrement, il enfonce sa victime jusqu’à ce qu’elle se confonde en excuses pour un fait où une situation dans laquelle elle n’est parfois même pas impliquée.

29. Les autres manipulateurs

Le manipulateur pervers narcissique est un compétiteur de haut vol. Il lutte perpétuellement pour être le plus beau, le plus intelligent, le meilleur. Le pervers s’entoure pour ce faire de personnes qu'il voit comme leurs proies, et qui ne sont pas une menace. Il aime se sentir en contrôle de toute situation. Un autre manipulateur est une menace : il pourrait interférer avec le jeu de sa manipulation, ou même les manipuler.

30. Les personnes meilleures que lui

Le pervers narcissique pense être le meilleur. Féroce compétiteur, personne ne doit lui faire de l’ombre ou même atteindre le podium. Si quelqu’un lui fait de l’ombre, il n’hésitera pas à user de moyens pervers pour le déstabiliser et le détruire. Seule sa position dominante compte.

31. Être vu différemment

Le pervers narcissique déteste ne pas être vu comme lui se voit. Lui, l’homme parfait, irréprochable à l’image idéale. Au moindre défaut pointé du doigt il peut se transformer en une bête assoiffée de sang. Il est parfait, et c’est ainsi que les autres doivent le percevoir.

32. Être démasqué et dénoncé

C’est sa hantise. Lorsque son image parfaite, son piège construit de toutes pièces et ses manigances risquent d’être mises à jour, c’est la panique pour le pervers narcissique. Il n’aime pas se sentir faible, et aime être l’homme tout puissant en toutes circonstances. S’il se sent menacé, il redoublera son d'emprise et de mécanismes de manipulation afin de contrer le danger.

33. Être quitté ou abandonné

C’est lui qui quitte, lui qui abandonne, lui qui maltraite et tient les ficelles du jeu. Le pervers narcissique a tous les pouvoirs de décisions et n’envisage pas que quelqu’un s’interpose avec sa toute puissance. Si sa victime le quitte ou l’abandonne, son désir de vengeance est terrible. Il tentera tout pour la reconquérir afin de pouvoir la quitter lui-même, la punir et la détruire de plus belle au passage.

34. Vieillir

Enfin, vieillir est son plus gros cauchemar. Vieillir, c’est perdre sa séduction et sa toute puissance, sa force physique. C’est aussi un retrait social et parfois professionnel pour ce pervers narcissique pathologique dont seule l’image sociale et physique compte. Sans sa séduction, il est démuni, et sans force d’esprit, il ne peut plus sévir.

Test Pervers Narcissique Cta
Êtes vous sous l'emprise d'un Pervers Narcissique ?

Test rapide et gratuit

Solenn Quennet Home Sospn
Solenn Quénet

Fondatrice de SOSPN et thérapeute experte en relations toxiques, formée à la psychologie clinique et à la psychologie d’orientation psychanalytique.

Laisser un commentaire

Les Commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés. - * Champs requis